« La bêtise insiste toujours. » Albert Camus, La Peste

21 décembre 2007

J’ai vu A. ce soir. Nous parlons beaucoup, facilement, de choses qui nous touchent. Une grande intimité et une grande confiance se sont installées en peu de temps et après presque deux ans de silence… Ça me fait du bien mais en même temps je n’avance toujours pas. Je suis face à un mur, toujours le même, cinq ans après…

Accepter mon adolescence, mes démons, moi, mon passé et mon futur, pour construire mon présent… Je ne sais rien ou je sais trop, c’est la même chose. Plusieurs mois sans écrire et pourtant toujours autant de questions sans réponse, de souffrance sans consolation, de solitude sans amour. Seule il faut que j’accepte de vivre, pour peut-être un jour vivre à deux. Mais quand ?

M’aimer un peu, m’aimer tout court, m’aimer malgré tout, malgré mes failles, mes défauts, mes faiblesses… en faire une force mais sans être encore et toujours dans la lutte, dans la rébellion, dans la provocation. Ne plus chercher à prouver et vivre pour moi. M’affranchir du regard des autres. Seul le mien compte, alors le rendre moins exigeant et plus réaliste. Comment ?

Apprendre à faire avec. Quand je n’ai pas le choix, ne pas en faire un défi, je m’use à lutter contre ce qui me dépasse. Accepter et vivre. M’aimer, aimer pour être aimée. Voilà le travail qui m’attend. Pour combien de temps ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s