« Passons, passons, puisque tout passe. Je me retournerai souvent. » Guillaume Apollinaire

8 mai

Aujourd’hui mon chat est mort. Enfin peut-être hier mais on l’a retrouvée ce matin. Très difficile de la voir réduite à un corps, son poil tout mouillé, ses yeux ouverts mais vitreux, dénués de vie.

Me reviennent tant de souvenirs, d’images, de regrets, dix-huit ans de câlins, de caresses, de griffures, de bêtises, de miaulements. Première pensée : j’espère qu’elle n’a pas souffert. Deuxième : elle va me manquer.

Juste avant qu’on ne la retrouve dans un champ, je venais juste d’allumer mon ordinateur, utilisant son prénom comme mot de passe. Comme elle avait disparu depuis alors plus de trente-six heures, je commençais à me résoudre au pire. Et je me suis alors dit que c’était peut-être la dernière fois que je tapais son prénom sur mon clavier en la croyant en vie. Et malheureusement je ne me suis pas trompée. C’est ce que j’ai réalisé avec tristesse il y a quelques minutes en rallumant mon ordinateur dans le but de rédiger ces quelques lignes.

En hommage à cette compagne qui m’a suivie depuis mes 11 ans, que l’on retrouvait endormie dans un de ses endroits favoris, au chaud, blottie, insouciante, que l’on enviait alors que l’on s’apprêtait à affronter le dehors.

Cet élan de tendresse à chaque fois que je la voyais accourir vers moi. Cette vague de tristesse depuis que j’essaie de me convaincre que cela n’arrivera plus.

Mon entourage me console comme il peut, à coup de phrases toutes faites, relativistes, qui n’apaisent rien, m’agacent plus qu’autre chose. Oui elle était vieille, oui elle a eu une « belle vie », oui ça arrive, oui ce n’était qu’un animal. Reste la tristesse. Reste le manque.Image

Publicités

2 réflexions sur “« Passons, passons, puisque tout passe. Je me retournerai souvent. » Guillaume Apollinaire

  1. Bonjour, Ukulili,

    Merci tout plein, ainsi que pour le choix et la beauté de vos citations!

    Votre témoignage est profondément touchant de sincérité et de simplicité, comme dirait Télérama.

    D’autant qu’il m’est arrivé la même tragédie avec mon « chiat » si gentil (tigré lui aussi) et qui était encore tout jeune, assassiné – le mot n’est pas trop fort – par des voisins de notre maison de campagne…
    (Gros soupir)

    Ami calmant,

    Jean

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s